https://gowbarrow.co.uk/

Personne de contact :

Sam et Claire Beaumont

agriculteurs

Read a news item providing overview of the Living Lab ici

LIVING LAB 7 : Royaume-Uni

Ferme de Gowbarrow Hall

Géré par Sam et Claire Beaumont

Général l'information
La ferme Gowbarrow Hall est située sur la rive sud de l'Ullswater, dans le Lake District. Il s'agit d'une exploitation familiale, Sam travaillant à plein temps et Claire à temps partiel. À l'origine, la ferme a été achetée par le grand-père de Claire et, avant que Sam et Claire ne s'y installent, elle faisait l'objet de licences de pâturage annuelles accordées principalement à des éleveurs de moutons. Les parents de Claire vivent à l'hôtel et participent à la prise de décision générale et aux diverses activités de la ferme. Deux personnes travaillent également à la ferme depuis 40 à 50 ans et participent encore aux activités saisonnières telles que la fenaison.

Le bétail vit à l'extérieur toute l'année. Ils ont des bovins Shorthorn (environ 60 têtes), 5 porcs Kunekune qui passent beaucoup de temps dans le pâturage boisé et se promènent à l'intérieur et à l'extérieur de la forêt, et 4 poneys fells. Ils sont Des pâturages pour la vie certified and have been farming organically for 3-4 years and have already started the certification process.

L'élevage est étroitement lié à la promotion de la régénération des forêts et des différentes espèces végétales. Les porcs et le bétail retournent le sol et créent des poches d'opportunités pour les espèces pionnières. Le bétail est mis en pâture pendant la saison de croissance, principalement d'avril à novembre/décembre, à l'aide de clôtures électriques et en déplaçant les vaches tous les jours.

Les forêts sont intégrées dans le système agricole principalement par le biais du pâturage des bois. De la montagne au fond de la vallée, il y a environ 385 acres de pâturages permanents et de nombreux types de bois différents, allant de chênes anciens et de feuillus à un grand bloc de plantations commerciales, dont beaucoup ont été plantées au cours des 20 dernières années (création de bois), et à quelques petites poches de taillis anciens. L'exploitation s'est récemment engagée dans un programme d'intendance de niveau supérieur (Higher Tier Stewardship) qui se concentre sur environ 32 ha de restauration de prairies riches en espèces et 81 ha de création et de restauration de pâturages boisés. Certaines haies ont été aménagées dans le cadre du programme de gestion durable, ce qui a permis de produire des déchets de bois qui ont été utilisés pour fabriquer des copeaux de bois. Certains copeaux de bois ont été compostés à l'aide d'un bioréacteur Johnson Su (une méthode de compostage où il n'est pas nécessaire de le retourner), qui produit un compost riche en microbes pouvant être appliqué directement sur les lits ou dilué dans de l'eau et pulvérisé dans les champs.

Sam et Claire ont constaté les avantages des arbres peu après leur retour à la ferme en 2017. Lorsque la "bête de l'Est" a frappé, les moutons qu'ils avaient dans le pâturage boisé n'ont pas été touchés par la tempête destructrice. Ils ont observé les avantages de la présence d'arbres, tant en hiver qu'en été, pour que les vaches puissent s'abriter du soleil et pour le fourrage - lorsqu'elles sont mises dans un champ, elles vont souvent directement vers les haies. La valeur de la biodiversité est également très importante pour eux - ils pensent que la plupart des écologistes seraient d'accord pour dire que les pâturages boisés sont un habitat idéal pour de nombreuses espèces, et il est important d'encourager une plus grande diversité, en particulier avec tant d'espèces menacées et en déclin.

Approche générale de l'agriculture
Nourri au pâturage - transition vers l'agriculture biologique

Objectifs

  • Favoriser la régénération des forêts et des différentes espèces végétales (le système de "mob grazing" joue un rôle à cet égard).
  • Restaurer l'habitat du pâturage boisé, encourager la régénération naturelle en faisant pâturer le bétail uniquement en hiver (il ne pâture pas pendant l'été), en donnant aux arbres une chance de faire pousser de jeunes pousses et de s'établir avant l'automne.
  • Réduire le nombre de bovins pendant l'hiver, s'assurer qu'il n'y a pas de surpâturage ni de surcharge - tout le système agricole repose sur l'absence d'achat d'aliments pour animaux. Ils n'achètent pas non plus de paille et tirent le meilleur parti de l'herbe dont ils disposent.
  • Améliorer la diversité de la prairie, favoriser la période de repos plus longue et ne pas utiliser d'engrais.
  • Améliorer la valeur de la biodiversité dans l'ensemble de l'exploitation - les pâturages boisés constituent un habitat idéal pour de nombreuses espèces différentes.
  • Utiliser au mieux les forêts existantes sur l'exploitation et les équilibrer avec les nouvelles plantations et les forêts en développement.
  • Réconcilier le fossé entre l'éleveur pastoral et l'exploitant forestier.
  • Explorer différentes manières de gérer les terres qu'ils n'exploitent pas beaucoup à l'heure actuelle (alors que le bétail hiverne actuellement, il y a diverses poches dans lesquelles il ne peut pas aller).
  • Veiller à ce que les arbres soient protégés contre les cerfs rouges et les chevreuils - l'une des plus grandes populations de cerfs rouges d'Angleterre se trouve juste de l'autre côté du lac de Gowbarrow, et ils peuvent le traverser à la nage ! Chaque arbre planté doit être protégé à une certaine échelle.
  • Intégrer les forêts commerciales dans la production alimentaire.
  • Avoir une entreprise plus résiliente - il y a deux résiliences : la résilience économique et la résilience environnementale, climatique.

Défis

  • Régénération des bois - Les premières années où l'on a essayé d'établir une régénération naturelle, les aulnes ont principalement poussé, ce que Sam et Claire attribuent à une combinaison de facteurs : la terre a été très dégradée à la suite de pratiques agricoles antérieures avec des taux d'élevage plus élevés, l'utilisation d'engrais, etc. Ils ont donc eu l'impression de partir d'un point assez bas. Ce défi a été combiné à une énorme population de cerfs et à un abroutissement excessif des jeunes pousses vulnérables.
  • Soutien en matière de conseils, d'orientation et de finances - Sam et Claire ont essayé d'être proactifs et ont été régulièrement en contact avec des organisations telles que le Woodland Trust, Forêts de Cumbria et Ullswater Catchment Management CIC Ils ont réalisé qu'il était possible d'avoir un impact positif sur la régénération grâce à des pratiques telles que le pâturage moins intensif et l'utilisation de clôtures électriques, sans dépenser beaucoup d'argent. Ils ont réalisé qu'il était possible d'avoir un impact positif sur la régénération grâce à des pratiques telles que le pâturage moins intensif et l'utilisation de clôtures électriques, sans dépenser beaucoup d'argent. Pour progresser plus rapidement, ils avaient besoin d'investissements, d'aide et de soutien.
  • Reconnaissance des pâturages boisés - Ils ne seront reconnus dans le cadre du Countryside Stewardship au Royaume-Uni que si votre terre est déjà désignée comme zone de pâturage boisé. À Gowbarrow, ce n'était pas le cas à l'origine - Sam a consulté des cartes et des livres sur la région des lacs... Dans son étude de la région des lacs publiée en 1787, James Clarke décrit sa visite à Gowbarrow et sa promenade dans ce que Sam est convaincu d'être leur ferme, en indiquant que le sol de la forêt était jonché de souches de chênes en décomposition... Les vieilles cartes montrent qu'il y avait des arbres et des prairies en dessous. Sam et Claire ont effectué eux-mêmes toutes leurs demandes d'intendance et sont convaincus qu'il vaut toujours la peine de se pencher sur l'histoire ; examinez ce qu'était votre ferme et ce qu'elle pourrait ou devrait peut-être redevenir, vous apprendrez beaucoup en faisant cela.

Objectifs de la recherche
Ils souhaitent participer au plus grand nombre possible de projets de recherche afin de pouvoir démontrer et mettre en évidence les pratiques qui peuvent être mises en œuvre avec succès dans les hautes terres et qui changent les mentalités et les pratiques (où un paysage de collines sans arbres et de murs de pierre est la norme). Ils reconnaissent la nécessité de poursuivre les recherches dans ce domaine.

Ils considèrent les arbres comme faisant partie intégrante de la ferme et aiment pouvoir mettre leurs vaches dans les bois, explorer et démontrer les avantages que cela peut apporter aux bois. Ils considèrent les vaches comme de brillants ingénieurs de l'écosystème - leur bétail se déplace en troupeau et ne reste pas très longtemps au même endroit. Ils souhaitent participer à des recherches qui démontrent les avantages du pâturage en forêt - jusqu'à présent, ils n'ont pas pu trouver beaucoup de recherches pour les étayer. Ils espèrent également être en mesure de faire tomber certaines des barrières existantes. la Commission des forêts et Natural England (en anglais) ont un avis partagé sur les questions relatives à la gestion des pâturages et des forêts.

Dans le cadre du laboratoire vivant, ils aimeraient explorer plus avant les défis et les possibilités de combiner les nouvelles plantations avec les forêts existantes, le clivage entre l'éleveur pastoral et le gestionnaire des forêts, la manière dont les forêts établies et en développement peuvent contribuer à l'économie d'une exploitation, les différentes manières de gérer les terres qu'ils n'exploitent pas beaucoup actuellement (le bétail passe actuellement l'hiver, mais il y a diverses poches où ils ne peuvent pas aller), et en regardant les plantations aujourd'hui par rapport à 30 ans en avant, ce sur quoi ils devraient se concentrer. Ils aimeraient également explorer davantage la gestion des cervidés.

Ils participent à d'autres travaux de recherche, dont un projet britannique de recherche sur les maladies infectieuses. Agriculteurs innovantsCe projet est axé sur le pâturage en balles. Il s'agit d'un projet de cinq ans visant à démontrer l'impact du pâturage en balles sur le sol et le fourrage...

Conception du système agroforestier
Il y a des bandes de pâturages boisés et d'anciennes forêts. Les chênaies ont été éclaircies il y a deux ou trois ans et ont depuis commencé à se régénérer, avec une plus grande diversité dans le sol de la forêt. Quatre champs de la ferme sont en cours de restauration de prairies riches en espèces et deux autres sont en cours de création de pâturages boisés.

Ces champs sont broutés par le bétail à l'aide de clôtures électriques et de déplacements quotidiens tout au long de la saison de croissance... Il y a 4 poches de bois avec lesquelles ils ne font pas grand-chose à part contrôler les invasives, le broutage occasionnel et faire du biocharbon.

Ils possèdent un bloc forestier commercial de 65 ha (160 acres), principalement composé d'épicéas de Sitka. Leur gestionnaire forestier les aide à décider quels blocs doivent être abattus, à quel moment et ce qu'il faut replanter. Ils vendent le bois sur pied. L'épicéa de Sitka est un bois qui pousse très rapidement. Bien qu'ils soient conscients que ce type de forêt n'offre pas la même diversité, il apporte une contribution financière importante à l'exploitation.

Les terres consacrées à la restauration et à la création de pâturages boisés et à l'intendance constituent leur stratégie d'hivernage, car ils n'ont pas d'étable assez grande ! Ils restaurent l'habitat des pâturages boisés et encouragent la régénération naturelle en ne faisant pâturer le bétail qu'en hiver, ce qui permet aux arbres de pousser et de s'établir avant l'automne. Cela fonctionne bien, le bétail a beaucoup d'abris et de nutriments et de minéraux qui lui sont transmis par les feuilles. Des milliers d'aulnes poussent partout, mais il y a d'autres espèces d'arbres qui sont très rares, comme le tremble, le saule et le noisetier.

En hiver, ils utilisent principalement une politique de type "portes ouvertes" où ils laissent le bétail décider où il veut aller et quand, ce qui fonctionne particulièrement bien lorsque le temps est mauvais.
Ils testent différentes méthodes de gestion des cervidés. Ils se sont dotés d'un traqueur et ont mis en place des exclos de 6 pieds x 6 pieds et de 12 pieds x 12 pieds, qu'ils éclaircissent si nécessaire. Les exclos sont créés à l'aide de poteaux et de rails. Sur le pourtour, des épines sont plantées en anneau. Au milieu, ils ont planté des espèces appétentes de manière très dense, avec 75 arbres dans un exclos. L'idée est de créer un fourré qui permette à un arbre majeur de passer, comme cela se passe dans la nature. Les arbres comprennent un mélange de chênes : épines, bouleaux, châtaigniers, sorbiers, noisetiers, merisiers, pommiers, tilleuls, houx et chênes sessiles, ainsi qu'un mélange d'aulnes : épines, églantiers, merisiers, trembles, saules, aulnes. Ils n'utilisent pas de plastique ni de tuteurs, en partie pour réduire les coûts et parce qu'ils ne veulent plus utiliser de tubes en plastique pour les arbres de la ferme. Ils n'utilisent pas non plus de fil de fer barbelé. Les épines à l'extérieur créent une couche protectrice et les poteaux et les rails empêcheront les animaux de s'approcher suffisamment longtemps pour que les arbres s'établissent. Dans dix ans, ils espèrent pouvoir démonter certains des poteaux.

Ils espèrent pouvoir un jour planter des couloirs de pommiers et de noyers et ont conservé quelques zones de la ferme où ils pourraient le faire, ainsi que des zones de pâturage en balles où ils laissent le foin à l'extérieur et le déroulent pour nourrir les vaches en hiver.

Contrôle
Sam et Claire sont très intéressés par le projet ReForest, dans le cadre duquel des images satellite à haute résolution du paysage européen seront couplées à de vastes ensembles de données sur le carbone et la biodiversité du paysage afin de former un modèle d'intelligence artificielle appelé réseau neuronal convolutionnel.

Ce réseau prendra de multiples images satellite de parcelles dont la valeur en termes de carbone et de biodiversité est connue et permettra aux agriculteurs et aux gestionnaires des terres d'associer des éléments du paysage à certaines valeurs en termes de carbone et de biodiversité. Les agriculteurs pourront ensuite utiliser le même réseau pour étudier les zones du paysage dont ils ne connaissent pas la valeur en termes de carbone et de biodiversité.

Jusqu'à présent, Sam et Claire ont beaucoup évalué la structure du sol (à l'aide de Soilmentor et du système VESS). Ils ont également étudié les taux d'infiltration du sol et les espèces par mètre carré. Ils ont constaté de nets changements au fil des ans - de 3 espèces par mètre carré à 8-9 par mètre carré, ainsi qu'une amélioration des taux d'infiltration de l'eau. Lorsqu'ils ont repris la gestion de la ferme, le sol était comme un bloc d'argile solide, les racines étaient très courtes et il n'y avait presque pas d'infiltration à certains endroits. Lorsqu'ils ont réexaminé la situation l'année dernière, ils ont tout de suite constaté que le sol était beaucoup plus profond, que sa texture était plus friable et que les taux d'infiltration de l'eau s'étaient nettement améliorés à certains endroits.

Ils ont réalisé une étude de base avec le Centre de données sur la biodiversité de Cumbria dans le passé, mais ils estiment qu'il est difficile de mesurer la biodiversité sur la base d'études qui ne font que capturer ce qui est présent le jour même. Pour cette raison, il est difficile de savoir comment répéter l'étude, mais ils ont l'intention d'en réaliser une autre dans une dizaine d'années - si la même méthodologie est utilisée, une étude répétée sera au moins un indicateur. Ils ne l'utilisent pas pour obtenir des crédits de gain net de biodiversité, mais uniquement à des fins de surveillance...

Ils ont quelques réserves quant à l'analyse du carbone du sol - ils pensent qu'il peut y avoir beaucoup de différences en fonction de l'outil que vous utilisez et de la manière dont vous le faites. Ils n'ont pas encore sauté le pas, mais c'est sur leur liste de choses à faire - ils ont des registres de pratiques et d'intrants qui peuvent servir de base de référence. Ils savent que maintenant qu'ils n'utilisent plus d'engrais ni d'aliments pour animaux, seulement une petite quantité de diesel, et qu'ils ont des arbres qui sortent naturellement du sol, ils vont séquestrer du carbone. Mais comme ils ne vendent pas de crédits de carbone, ils ne le surveillent que pour leur propre connaissance, afin d'essayer de réduire leurs émissions de carbone.

Angleterre, Royaume-Uni
Watermillock, Cumbria, Royaume-Uni (dans le parc national du Lake District)

81 (200 acres) - création et restauration de pâturages boisés

Silvopastoral, pâturage en forêt/pâturage de bois

Élevage en altitude (viande) et petite quantité d'horticulture (maraîchage)

Âge : divers

Distance inter-rang/inter-rang : Les arbres sur les pâturages sont répartis de manière aléatoire. La plupart d'entre eux proviennent d'une régénération naturelle ou sont les vestiges d'agriculteurs allemands.

Dans les vergers, les arbres sont plantés selon deux types de dimensions, soit 4x6, soit 9x9.

Nombre d'arbres : 50

Prairies, légumes mixtes, herbes

Porcs Kunekune (5), bovins shorthorn (60), poneys fells (4)

Sol limoneux et argileux acide à perméabilité lente et à humidité saisonnière

fr_FRFrench